15 - Antoine et le tigre de Malaisie.

Cheminement...


Mai 2019

Cela faisait un moment que j'y pensais... Écrire une histoire qui parlerait de haut potentiel intellectuel... Voici donc l'histoire d'Antoine et le tigre de Malaisie. Une histoire pour les enfants, qui parlera de haut potentiel, d'hyperesthésie mais pas que ... Sur cette page je vous ferai partager mes avancées dans ce projet qui me tient à coeur.


C'est parti !

1

Il était une fois dans un pays lointain un tigre à rayures. Dans ce pays du bout du monde on pouvait entendre beaucoup d’histoires. Cette histoire-ci est une histoire parmi des milliers d’autres qui se racontent dans ce coin de l’univers et d’ailleurs. À l’intérieur de l’histoire, celle du tigre, il y a aussi celle de l’enfant, dans laquelle cohabitent de nouvelles histoires, des variations possibles, des ramifications à l’infini qui nous mènent toutes vers une seule et même destination, celle du rêve et de l’imaginaire. Mais où se déroule t-elle ? Sur la terre ? Dans l’esprit d’un enfant ? Au fin fond d’une forêt en Asie ou au milieu d’une grande ville en Europe ? Cette histoire-là se passe un peu partout à la fois...


STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOPSTOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOPSTOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOPSTOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP ...

Vignette 3 en cours ...

Je pensais pouvoir avancer rapidement dans mon projet et poster ici presque tous les jours un dessin mais finalement je ne m'en sors pas ... Donc aujourd'hui j'ai décidé de vous dire pourquoi et de vous faire partager une de mes journées...

Bon, aujourd’hui c’est décidé, j’avance sur mon projet de livre !


7h03 : Je me lève !


7h35 : Je réveille mon petit bonhomme épuisé parce qu’il s’est couché trop tard à cause du documentaire sur la nourriture et le cerveau (qu’on n’a pas fini de regarder parce qu'il était déjà trop tard) et aussi un peu de lecture, quand même, parce que c’est pas possible d’aller au lit sans avoir lu quelques pages !!! Alors, même si souvent on mange à 18heures pour être certain d'être dans les clous, on ne peut pas toujours tout faire... Enfin, forcément ce matin c’est pas facile facile, mais il m’avait promis de rester courtois. Ça non plus c’est pas facile pourtant avec une séance de chatouilles on dépasse la mauvaise humeur du petit matin…


7h50 : Dans la cuisine, on prend le petit déjeuner un livre à la main sur fond de musique Bollywood. De temps en temps Antoine se lève pour danser en hochant la tête de droite à gauche avec un petit sourire coquin comme dans les films indiens … On rigole bien !


8h30 : On se lave les dents.


8h35 : on revoit la leçon d’hier sur les familles de mots parce qu’en fait il n’a pas tout compris, ça veut pas dire grand chose tout ça … Je ré-explique avec mes mots, je crois que c’est bon. Il m’explique à son tour avec ses mots à lui ! Génial, c’est dans la poche et en plus sans se jeter par terre !


9h10 : Je dépose mon petit tigre à l’école, pas vraiment ravi d’y aller, il fait un peu la tête parce qu'à la maison il y a tellement de choses à faire, et puis il n'a pas eu beaucoup de temps pour faire des câlins à Kiko, mais bon, c’est jamais que trois heures ! Sans compter qu'il y a peut-être un tb à la clef alors il y va parce qu’il aime bien ça les tb …


9h25 : J’arrive, je fais un câlin à Kiko installée avec désinvolture sur le voltaire de Mamie Louise, je me fais chauffer du thé, j’allume l’ordi et je regarde mes mails.


9h40 : Non, ne pas aller sur la boite mail de l’asso … Trop tard, j’ai cliqué dessus. Bon, je réponds à deux trois personnes et je passe à autre chose.


10h35 : Bon, ben c’était pas deux trois finalement … Aller, je passe à autre chose maintenant. Ah mince, j’allais oublier, il faut que je fasse un post sur fb avant onze heures pour le prochain événement de l’asso, et puis il faut aussi que je réponde au pro qui va intervenir en Janvier pour qu’on se fixe un rendez-vous pour en parler...


11h35 : Je monte à l’atelier pour allumer le chauffage parce que je dois avancer sur ma toile.


11h45 : Je redescends après quelques poils de singes (parce que je suis peintre dans la vraie vie) et je rallume l’ordi en veille pour aller sur Photoshop travailler ma troisième vignette d’Antoine et le tigre de Malaisie. Mince ! Faut d’abord que j’envoie ce mail à la psychomotricienne avant, et puis tant qu’à faire je vais relire celui que je dois envoyer à la psychologue par rapport à cette histoire d’équipe éducative…


12h50 : Ça sonne, Antoine est de retour ! Le mercredi c’est mamie qui s’en occupe.

Mais avant il y a le programme du midi : atelier lecture à voix haute (deux pages pour l’élocution parce qu’il va trop vite et qu’il mange les mots) puis voix basse, anglais et pour finir bombarde dix minutes. Ah ben non, on est mercredi, la bombarde ça sera cet après-midi au conservatoire avec mamie qui l’emmène. Si bien qu’on traine un peu et on regarde dix minutes du documentaire d’hier puis il descend chez sa grand-mère.


14h20 : Chouette, chouette chouette, on est mercredi ! Je vais pouvoir bosser un peu ! Mais avant je vais aller faire les courses comme ça ce sera fait ! Et puis Antoine veut absolument des noix, c’est bon pour les neurones !!! Mamie en a acheté mais elles sont pas bio et en plus elles sont pas décortiquées et comme on n’a pas de casse noix…


15h15 : Retour cahotant avec mon pack de Perrier et mes deux gros sacs qui glissent sans arrêt de mes épaules, et évidemment : l’ascenseur est en panne. Quatre étages, c’est bon pour ce que j’ai, mais j’ai plus vingt ans …


15h18 : Arrivée en haut je pose les sacs, j'allume la bouilloire, range les courses, constate que je n’ai pas fait la vaisselle du matin… Ah tiens, j’ai pas mangé non plus (enfin un peu, j’ai picoré dans l’assiette de ma mère des haricots verts et du steak haché en déposant Antoine). Une barre de chocolat noir et ça repart ! Mon mug bouillant dans les mains je repars au salon, je fais un câlin à Kiko, rallume l’ordi…


15h30 : Tiens, sur mon bureau il y a un dessin commencé ce matin que je dois finir …


15h40 : Ah, j’ai reçu une réponse sur ma boite mail…


16h55 : Je monte à l’atelier. Je viens de commencer une nouvelle série de toile. Celle-ci c’est un grand format, il y a un singe qui se dessine lentement, très lentement à l’encre de chine, je dirais à raison de dix minutes de poils par jours j’aurai peut-être fini à Noël …


17h35 : Je redescends (pratique, mon atelier est juste à l’étage au dessus). J’allume Photoshop, j’ai scanné mon dessin, je commence à mettre les éléments en place ainsi que les couleurs mais c’est brouillon, ça ne me plait pas … Mince, ça sonne…


17h45 : Antoine arrive, je lui fais couler son bain.


18h02 : Je me rappelle que ce soir il y a l’AG de l’association des délégués parents d’élèves de l’école d’Antoine, dont je fais parti… Il va falloir que je décolle à 15 max, juste le temps de poser mon petit pavé de texte sur le site sans même me relire alors que je fais constamment des fautes… et en plus pour dire que, encore une fois, je voulais avancer mais que c’était pas le jour… Ça devait être écrit …


Alors je pense en moi-même : demain est un autre jour et je suis certaine que ce sera le bon…

2

Au commencement on voit au loin courir un tigre blanc, le plus puissant des fauves, venu des Indes étranges. L’animal solitaire, longeant le golf du Bengale, traverse avec agilité les terres du Bangladesh et de la Birmanie, sautant d’un seul bond le bras de la Thaïlande pour se glisser au creux d’un pays appelé Malaisie.

Du fond de la forêt le tigre bondit et rugit, s’arrête soudain puis observe l’enfant qui le fixe de ses grands yeux bleus écarquillés, caché sous les draps blancs, écrans sauvages où viennent s’inscrire en images colorées ses rêves de neuf ans. L’enfant, aux aguets, ne fait plus un seul geste. Ils se reconnaissent pourtant, le fauve et l’enfant. Et même si on a du mal à y croire, tous les soirs, blotti contre le flanc chaud de la bête et bien à l’abri, la douce fourrure du félin contre sa joue rosie, il s’endort de bonheur.


STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOPSTOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOPSTOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOPSTOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP STOP ...


Je n'y arriverai pas comme ça c'est certain... Poster des images chaque semaine ou bien le texte régulièrement est chose impossible. J'ai trop de choses à penser, pas assez de temps... Il faut que je cesse de me mettre la pression. Je publierai quand je le pourrai et puis voilà tout. Et lorsque j'aurai un peu de temps, je pourrai mettre une petite image ici, ce sera bien !

Tous les jours je dessine et j'écris.

Je pensais réaliser pour ce projet une vingtaine d'illustrations, mais plus j'avance dans l'histoire plus je m'aperçois que certains sujets doivent être abordés et, même si je ne peux pas parler de tout, il faut que j'arrive à en dire le plus possible. Cependant, l'histoire se rallonge, et par extension, le nombre d'illustrations aussi... De vingt images je me vois approcher la quarantaine... c'est un peu vertigineux... Il va donc falloir m'armer de courage et de patience !

Sans compter que si je veux parler du haut potentiel intellectuel, je veux aussi raconter des histoires, sinon à quoi bon... Alors le récit s'émaille de personnages venus d'ailleurs comme la sorcière Hantu...

J'ai aussi très envie de parler de ma Bretagne ... Je parviens à glisser une procession et un menhir ... C'est peu mais c'est déjà ça, et je me dis que plus tard je me ferai plaisir à travers un autre livre.

Il y a aussi un druide qui surgit de derrière la quenouille du Diable, et puis des crapauds ... J'adore les crapauds ! Enfin non, je déteste les crapauds mais j'adore les dessiner ...

Finalement, le travail d'écriture achevé je me lance dans les illustrations... Quarante-cinq au total ! C'est long quarante cinq illustrations ! Puis vient la mise en page, puis la relecture et enfin je peux penser à envoyer mon travail à l'éditeur.

Pendant ce temps là la vie continue... J'attends la réponse, un peu inquiète malgré tout. Ça cogite et alors je ne vois plus que les faiblesses et les imperfections... Je me dis que ça ne va pas passer, que j'aurai dû plus travailler, mieux surtout !

Pourtant, trois semaines plus tard je reçois une réponse ... favorable ! Génial ! Pourtant ce n'est pas fini. Il faut relire encore, vérifier encore, renvoyer des fichiers encore alors que je suis déjà sur d'autres projets...

Ça y est on y arrive... Il aura fallu patienter cinq mois au total entre le jour ou j'ai envoyé le manuscrit et celui ou j'ai reçu le livre dans ma boite aux lettres... Et si je compte bien, entre l'idée du livre Antoine et le tigre de Malaisie et la concrétisation du projet, il se sera finalement écoulé deux années !

Aujourd'hui j'ai un peu l'impression d'être comme Antoine, un super héros qui a accompli l'impossible ! Si vous voulez jeter un oeil c'est par là : https://www.etsy.com/fr/listing/1015028429/livre-antoine-et-le-tigre-de-malaisie-ou?ref=shop_home_active_1


J'espère que vous prendrez autant de plaisir à lire mon livre que j'en ai eu à l'écrire et à le dessiner !